17.10.12

Devin Townsend Project, Epicould dans les nuages

Si vous avez toujours rêvé d'entendre l'accueil que l'on pourrait vous faire lorsque vous arriverez au paradis des headbangers, eh bien jetez une oreille sur le nouvel opus de Devin Townsend, guitariste-chanteur totalement dégarni mais à la tête pleine d'idées. Avec ce quinzième disque, « Epicloud », son approche du metal est encore plus symphonique et désireuse de trouver des voies résolument modernes tout en lorgnant de côté de l'esprit libre des 70's (Queen en tête). Écoutez le final jouissif de "Libération" pour vous faire une idée. "Epicloud" ressemblerait presque à une version contemporaine de "Hair" avec des guitares plus heavy. Parfois, on flotte en pleine new wave pop hard FM à la sauce canadienne ("Save Our Now"). Le guitariste de Vancouver ne s'interdit rien et vous pouvez facilement le suivre dans son délire si l'esprit vous en dit. Puis les séances de "détente" laissent parfois place à des guitares regonflées à bloc ("Kingdom"). Sous toutes les facettes possibles et imaginables, « Epilcoud » célèbre l’optimisme dans l’humanité. Il faut dire que notre homme n’aime pas trop se répéter et sortir deux fois le même disque. « J’ai rarement fait la même chose trois fois de suite », explique Devin. « Comme j’ai grandi en tant que musicien, j’ai appris qu’il est possible de s’amuser à mixer différents genres autour d’une direction musicale commune. « Epicloud » est une étape importante et très spécifique dans le cycle de mes réalisations. Le disque célèbre la musique du passé tout regardant vers l’avenir. » Il est vrai qu’ « Epicould » est constitué d’un mélange d’ambiances et de styles. Il célèbre l’instant présent, la libération créative hors de tous carcans musicaux. « En tant que musicien, c’est très gratifiant de faire partie d’un cercle fermé qui place la technicité et la complexité sur un piédestal », poursuit Townsend. « Mais, avant que je ne sois intéressé par l’aspect technique de la musique, j’étais fasciné par les mélodies et le côté simple des chansons. Par exemple, j’adore Def Leppard, Eurythmics, Enya et les bande sons de films. Par le passé, j’ai senti que mes goûts musicaux n’étaient pas forcément en adéquation avec le milieu du heavy metal, j’ai donc hésité à emprunter certaines voix. « Epicould » met en avant ce vers quoi je vais tendre dans les années à venir. C’est un moment dans ma carrière où j’ai décidé de laisser de côté mes hésitations pour foncer. » En tout cas, il est clair qu’avec « Epicould », certains conservateurs pisse-froid émettront des doutes quant à l’aspect purement métallique de cette œuvre. Mais, Devin n’en a cure tant que son esprit créatif est libéré ! 

Elvira Santa
Photo : DR
Devin Townsend Project, Epicloud (HevyDevy Reords-Inside Out)
Sortie le 24 septembre 2012


En tournée française avec Fear Factory et Sylosis :
Le 29 octobre à La Laiterie (Strasbourg)
Le 16 novembre à la Rock School Barbey (Bordeaux)
Le 24 novembre au Rockstore (Montpellier)
Le 10 décembre au Bataclan (Paris)

Devin Townsend Project, Epicould, video teaser