4.10.12

Daylight Dies, A Frail Becoming (Candlelight Records)

On vous le concède, avec un nom de groupe comme celui-ci, on sait d'emblée que ça ne va pas être la fête du slip. On ne peut raisonnablement pas attendre de la part de Daylight Dies des petites chansons de metal pop enjouées. On sait tout de suite que le monde des ténèbres va trouver là un écrin de premier choix pour diffuser ses ambiances délétères. En activité depuis le milieu des années 90, la formation de Raleigh (Caroline du nord) est extrême dans ses vocalises, quasiment toutes passées au papier de verre, mais death/doom dans son instrumentation, les américains faisant très bonne figure dans le style qu'ils ont adopté. Ils s'aménagent même, sans complexe, de nombreuses plages mélodiques (le splendide break de "A Final Vestige", les intros de "Ghosting", "Water's Edge"...). En parallèle, et contre toute attente, certains morceaux, comme "Sunset", voient l'apparition du chant clair (partie réservée au bassiste Egan O'Rourke), un peu à la manière d'un Enslaved, soutenu par des solos de guitare assez palpitants. C'est d'ailleurs l'une des grandes qualités de "A Frail Becoming", les guitaristes Barre Gambling et Charley Shackelford décochant quelques belles envolées savamment distordues et rondement maîtrisées. Ce quatrième opus envoie donc du bois, mais du bois de qualité, pas de vulgaires planches agglomérées, offrant ainsi un digne successeur à "Lost To The Living" (2008).

Dead Zone

Daylight Dies, A Frail Becoming (Candlelight Records)
Sortie le 22 octobre 2012
Daylight Dies, Infidel, video audio