19.3.12

Municipal Waste, The Fatal Feast dans l’espace

Les déchets municipaux sont de retour et, tels les zombies de Romero, ils sont morts de faim. « The Fatal Feast » décline l’agressivité musicale du groupe en 16 morceaux thrashcore nourris aux films Z de science-fiction gore. Entretien avec l’auteur en chef de ce banquet sanguinolent.

Est-ce que la ville de Richmond, dont vous êtes originaires, est un endroit qui vous inspire pour concevoir votre musique ?
Ryan Waste (guitare) : Je crois que l’on peut effectivement dire que cette ville a vraiment inspirée Municipal Waste. C’est un endroit pas très intéressant mais, en même temps, nous nous y amusons bien, comme avec notre groupe. Il y a des concerts tout le temps et jamais un moment où il ne se passe pas quelque chose. La scène musicale est assez réduite mais très variée et nous sommes toujours très impliqué localement.

Peux-tu nous en dire plus sur la façon dont vous avez enregistré « The Fatal Feast », votre nouvel opus ?
Par rapport à nos quatre derniers albums, les choses ont été très différentes. En fait, nous avons consacré toute l’année 2011 à écrire et enregistrer ce disque. Nous avons répété 5 jours par semaine et nous avons voulu aller à l’essentiel sur chaque titre. C’était un changement très important car, les années précédentes, nous étions sans cesse en tournée. Dès que les chansons ont été prêtes, nous avons enregistré les parties de batterie dans le New Jersey, aux Trax East Studios avec Eric Rachel (Symphony X, God Forbid). Nous avons ensuite fait les prises de guitares et de chant à Richmond, dans un studio du quartier, puis nous avons envoyé le tout à Eric pour qu’il mixe l’album. Au final, le résultat sonne très live, le feeling de ce disque et vraiment celui que nous recherchions.

Quels sont les thèmes principaux abordés dans « The Fatal Feast » ? Aviez-vous des sources d’inspiration particulières pour les paroles ?
Le titre principal est basé sur l’artwork qui montre une scène de cannibalisme d’un voyage dans l’espace qui a mal tourné. Les autres thèmes que l’on aborde sur « The Fatal Feast » sont la religion, les cyberpunks, les serials killers japonais, l’addiction et le fait de combattre le système, pour en nommer quelques uns.

Comment en êtes-vous venu à collaborer avec John Connely (Nuclear Assault), Steve Moore et Tim Barry ?
Nous voulons progresser et intégrer des collaborations extérieures pour apporter de la variété. Steve Moore a été contacté pour donner une tonalité spéciale à ce disque avec ces intros de films d’horreur. John Connely a eu une grosse influence sur nous donc, le fait de l’avoir sur ce disque est en quelque sorte notre hommage à Nuclear Assault. Tim Barry est un vieil ami et une légende à Richmond, il n’y avait donc rien de calculé au sujet de sa présence.

Quelle va être la prochaine étape pour Municipal Waste ?
Nous venons juste de tourner une incroyable vidéo de « sci-horror » pour « Fatal Feast » et elle va bientôt arriver sur un ordinateur près de chez vous. C’est probablement l’une de nos meilleures réalisations à ce jour. Sinon, nous allons être sur la route la majeure partie de l’année, d’abord avec Gwar aux Etats-Unis, de même qu’en tête d’affiche par la suite. Cet été, nous allons participer à la plupart des festivals européens donc gardez un œil sur Municipal Waste !

Propos recueillis par Laurent Gilot
Photo : DR

Municipal Waste, The Fatal Feast (Nuclear Blast/Pias)
Sortie le 13 avril 2012

Municipal Waste, The Fatal Feast, video trailer