19.2.11

Firebird, Double Diamond (Rise Above Records)

Voilà donc le sixième album de cette formation emmenée par le guitariste-chanteur Bill Steer. Ici, on va dire que le heavy rock de papa est à l’honneur avec ces bons vieux riffs tout droit sortis du grenier. Néanmoins, on est plutôt rassuré de voir que quelques formations oeuvrent toujours dans ce style intemporel qui permet de
se décrasser les tympans face au formatage parfois banal du neo metal, par exemple. On est toujours content d’entendre des riffs qui ont ensuite influencés tout un pan de la culture musicale des 80’s/90’s/00’s, du power metal au thrash. Avec Firebird, on est à la frontière entre heavy metal et hard rock (tendance blues), de cette période de la fin des années 70 et du début des 80’s où les évolutions futures se dessinaient mais n’étaient pas encore complètement figées dans le marbre. Quelque part entre Black Sabbath/Budgie et Cathedral, le trio rend avec justesse hommage à ces prédécesseurs. Il faut dire que cette direction musicale n’était pas gagnée d’avance pour Bill. En effet, à la fin des années 80, ce dernier a officié dans deux des groupes les plus extrêmes de la scène britannique, à savoir Napalm Death et Carcass. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et Steer s’est associé à Ludwig Witt (ex-Spiritual Beggars) pour former cet oiseau de feu qui brille aujourd’hui de tous ses atours avec ce nouveau chapitre.

Laurent Gilot

Firebird, Double Diamond (Rise Above Records)
Sortie le 28 février 2011

Firebird, Soul Saviour, vidéo audio