22.4.10

Rhapsody Of Fire, The Frozen Tears Of Angels, interview exclusive

Chaud, chaud devant, nos amis italiens reviennent approvisionner la turbine à metal avec une belle bûche nommée « The Frozen Tear Of Angels ». Suite à l’album « Triumph Or Agony » et la tournée avec Manowar qui s’en est suivie, Rhapsody Of Fire livre une nouvelle saga qui offre son lot de moments lyriques et de cavalcades héroïques. Alex Staropoli (claviers) nous dévoile les coulisses de cet enregistrement.

Quel est votre état d’esprit à chaque sortie d’album et, en particulier, lors de la sortie de « Triumph Or Agony » ?
Alex Staropoli : A chaque fois, on ressent un enthousiasme de la part des fans de notre musique. Pour le précédent album « Triumph Or Agony », nous avions l’idée d’enregistrer un disque avec plus de chansons mid-tempo. C’est ce que nous voulions faire à cette époque. Mais, comme certains fans souhaitent toujours écouter des chansons rapides, nous étions un peu en décalage. En revanche, une fois qu’on a joué les morceaux sur scène, l’accueil a été très bon. Ce disque était plus progressif et son atmosphère convenait très bien au développement de la saga que nous avons mise en place avec le Ep « The Dark Secret » en 2004. Pour « Triumph Or Agony », nous avons dépensé pas mal d’argent pour réaliser notre rêve : à savoir réunir un orchestre au grand complet.

Qu’est-ce qui a motivé votre signature sur le label Nuclear Blast ?
En fait, tout groupe se doit de signer avec un label important. Que ce soit Lucas (guitare) ou moi, nous avions envie de travailler avec des gens qui croient vraiment à la musique que l’on fait. En fait, nous n’avons même pas réfléchi au fait de signer ou non avec Nuclear Blast. C’était une évidence car nous croyons en eux comme eux croient en nous. Nous ne pouvions pas espérer mieux. Cela fait un moment que nous jouons donc nous n’avons pas grand-chose à prouver. Nous cherchons à créer notre propre style, nous le faisons avec du cœur donc c’est important d’avoir un label qui te supporte à 100%.

Dans quelles conditions avez-vous mis au point « The Frozen Tear Of Angels » ?
Cela nous a pris un an pour composer tous les morceaux de ce disque. Nous avons réalisé quelques sessions de pré-production ici, en Italie, donc, quand nous sommes entrés en studio, en Allemagne, tout était déjà prêt. En fait, nous avons d’abord réalisé une démo afin que Nuclear Blast puisse se faire une idée de la musique que nous avions composée pour cet album. Le fait d’intégrer Fabio (le chanteur) dans le processus de création a été également un grand pas en avant par rapport aux précédents opus. Aujourd’hui, après 15 années d’existence, Rhapsody Of Fire est un groupe plus uni que jamais.

Est-ce que c’est important pour vous de garder la maîtrise du processus d’enregistrement ?
En fait, une fois en studio, nous ne voulons pas perdre de temps et, effectivement, garder la maîtrise du processus. Tout doit être prêt et nous n’avons plus qu’à enregistrer. Personne dans le groupe n’a envie de passer trois mois en studio donc la période de préparation est très importante pour nous. De plus, nous travaillons avec deux sortes de chœurs : un chœur épique qui est composé de chanteurs de heavy metal et de rock ainsi qu’un chœur d’opéra qui nous permet de développer des ambiances très dramatiques et épiques. On travaille avec ces personnes depuis un moment donc on est habitué à utiliser leurs voix pour notre musique. Et puis, on a envie avant tout de réaliser le meilleur disque possible.

Comment pourrais-tu comparer « Triumph Or Agony » à « The Frozen Tear Of Angels » ?
Cette fois-ci, nous avons voulu mettre en place des ambiances différentes, très froides et glacées, en accord avec cette nouvelle saga. Nous avons fait de notre mieux pour que les chansons soient un bon compromis entre rapidité et passages heavy. D’ailleurs, sur ce disque, Lucas s’est donné à fond pour offrir le meilleur de lui-même. Notre but est toujours de produire quelque chose qui rende hommage à notre passion de la musique avec cette envie de s’investir à 100% pour donner le meilleur de nous-mêmes. C’est ce que nous essayons de faire à chaque album depuis le début.

Est-ce qu’il y a, à nouveau, un concept autour du titre de votre nouveau disque ?
Oui, bien sûr. Lucas est l’homme qui est derrière la saga de Rhapsody. Cette fois-ci, c’est un nouveau chapitre de la saga qui commence et prend place dans des plaines glacées, comme on peut le voir sur l’artwork de notre pochette. On est assez fier du résultat car l’ensemble est vraiment cohérent. On a vraiment envie de projeter l’auditeur dans cet univers créé de toutes pièces. Chacun de nos disques met en avant un aspect spécifique de la saga qui formera, à la fin, un tout. Enfin, nous n’en sommes pas encore là ! (rires).

Propos recueillis par Laurent Gilot
Photos : DR

Rhapsody Of Fire, The Frozen Tear Of Angels (Nuclear Blast/Pias)
Sortie le 30 avril 2010


Rhapsody Of Fire, Sea Of Fate, video