22.8.09

Behemoth, back in black

Le groupe black/death metal polonais ne plaisante pas. Il suffit de voir les têtes et les vidéos de ces valeureux guerriers pour s'en convaincre ! Avec son neuvième album, "Evangelion", Behemoth se donne les moyens de voir plus loin que les simples frontières de son pays et du genre qu'il pratique. Explications en compagnie du guitariste-chanteur Nergal et du bassiste Orion.

Quelle est votre définition du black metal et votre vision du genre aujourd’hui ?
Orion : les bases du black metal ont été posées il y quelques années et il serait assez difficile pour nous d’en donner une définition personnelle. Le genre a toujours utilisé des références sataniques et c’est probablement la forme la plus noire et obscure du metal. Ce qui se passe aujourd’hui avec le black metal, en terme d’évolution, est tout simplement la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Il y a pas mal de groupes qui perpétuent cette tradition du côté "religieux" associé au genre. Il y a même de nouvelles formations qui retournent complètement aux sources. Je suis d’ailleurs fan de certaines d’entre elles comme Watain, Shinning ou Deathspell Omega. Pour beaucoup de personnes, c’est la seule et vraie forme de black metal. Le succès n’est pas associé au genre. Dès que des groupes comme Dimmu Borgir ou nous deviennont populaires, les gens cessent de nous associer au courant black metal. Cela semble être une chose de naturelle...

Peux-tu nous en dire plus sur la scène métallique polonaise et comment se positionne Behemoth par rapport à celle-ci ?
O : En fait, c’est une scène très solide et active. Nous avons vraiment de très bons groupes comme Azarath, Infernal War ou Christ Agony qui sont dans la lignée de Vader. A ma connaissance, le courant métallique polonais est mondialement reconnu…. Personnellement, je ne pourrais pas vraiment t’en donner une description précise. Behemoth est dans cette mouvance qui rayonne à l'international et c’est très gratifiant pour nous. En ce moment, nous sommes l’une des formations qui rencontrent le plus de succès en Pologne, l’une de celle qui compte, du moins je l’espère. D’un autre côté, par la même occasion, je pense que nous nous faisons pas mal d’ennemis.

Est-ce que l’on peut dire qu’il y a un concept derrière "Evangelion" ? Quel est le sujet principal des paroles de ce disque ?
Nergal : C’est une question complexe (rires). "Evangelion" a été conçu comme une œuvre entière à part entière, que ce soit musicalement ou lyriquement parlant. L’enregistrement de cet album s’est fait dans de bonnes conditions et nous nous sommes bien amusés, ce qui nous arrive assez souvent en studio. On ressent vraiment une forte motivation et un sentiment de puissance à travers l’écriture des morceaux et le processus global d’enregistrement. Nous étions très déterminés et nous avions envie de redéfinir notre style avec ce nouvel opus. Je suis certain que nous y sommes arrivés. Les différents ingrédients, que ce soit la musique, les paroles, l’artwork, forment une seule et même entité. Ce disque parle de l’humain, de son autonomie, sa liberté, son droit de détruire et de créer par lui-même. C’est un concept très libérateur.

C’est votre neuvième album studio. En quoi celui-ci est-il différent de vos précédentes réalisations ?
Orion : Behemoth a évolué au cours des années… Depuis 17 ou 18 ans, je crois. Nergal a lancé les bases du groupe quand il était jeune... Aussi loin que je me souvienne, il avait alors 15 ans. Le premier disque de Behemoth était sa propre création, sa première expérience en studio, le fruit de ses premières ambitions et fascinations. De plus en plus affirmée à chaque étape, la musique de Behemoth a évolué à travers le "pagan black metal" pour devenir quelque chose de plus complexe en empruntant des éléments au death metal. "Evangelion" diffère de toutes nos précédentes réalisations du fait que nous sommes plus expérimentés en tant que personnes et musiciens. Notre musique se situe donc à un niveau complètement différent. Nous n’avons jamais sonné aussi juste, les arrangements n’ont jamais été aussi complexes tout en restant agressifs et sans compromis. En fait, Behemoth devient de plus en plus musical d’album en album. Nous apprenons à réfléchir d’une manière plus musicale que par le passé.

Avez-vous une méthode particulière pour enregistrer des vocaux aussi agressifs en studio ?
O : Actuellement, nous n’utilisons pas d’effets particuliers pour la voix. Les gens parlent souvent de pitch mais nous n'intégrons ce type d’effet qu'occasionnellement et pas d’une manière systématique. En 2004, avec l’album "Demigod", nous avons eu beaucoup de remarques à ce sujet, en particulier parce que nous avons utilisé plusieurs couches de vocaux sur ce disque. Cette fois-ci, nous sommes revenus à quelque chose de plus simple. En ce qui me concerne, je trouve que Nergal a réalisé sa meilleure performance à ce jour sur "Evangelion". Il a beaucoup expérimenté et le résultat est très bon. Si l’on devait parler de méthodes, les seules que l’on a utilisées sont le thé et un bon sirop pour la gorge.

Quelle est l’importance du look dans votre musique ?
Orion : A ce sujet, nous avons les mêmes préoccupations que d’autres groupes. Ce qui compte avant tout, c’est que la musique se suffise à elle-même. Puis vient ensuite l’image, le graphisme, les photos, tout ce qui permet de véhiculer le concept du groupe. En faisant partie de Behemoth, nous jouons en quelque sorte des rôles. Notre apparence est un outil pour mettre en valeur notre musique, notre style. S’il n’y avait que la musique, si nous devions juste exécuter les morceaux, cela n'aurait aucun sens de proposer un véritable show, une performance scénique. Ce qui nous définit vraiment, c'est la scène. Nous adorons nous produire en public et proposer une énergie équivalente à celle que l'on retrouve dans nos albums. C'est important d'offrir cette énergie au public. Sans cela, nous ne serions pas le même groupe.

Peux-tu nous en dire plus sur la tournée qui suit la sortie de votre album ?
O : Nous avons débuté la tournée par les Etats-Unis. C'est un pays qui a toujours bien accueilli notre musique. Nous avons commencé comme n'importe quel groupe inconnu et nous avons travaillé dur pour en arriver là. Cette tournée est incroyable. Il y a des groupes comme Slayer ou Marilyn Manson et des centaines de fans à chaque date. Même si c'est dur de se retrouver sur scène en fin d'après-midi avec tout notre attirail, surtout dans le sud du pays où il fait très chaud, on s'éclate quand même et on en profite au maximum !

Propos recueillis par Dead Zone
Photo : DR

Behemoth, Evangelion (Nuclear Blast/Pias)
Sortie le 07 août 2009

www.behemoth.pl
www.myspace.com/behemoth


Behemoth, Ov Fire And The Void, Video