12.2.09

Dark Moor, Autumnal (Scarlet Records)

A Madrid, les groupes de metal symphonique ne courent pas les rues. Raison de plus pour s’intéresser aux quatre de Dark Moor qui sont en activité depuis les années 90. En 2007, les espagnols ont signé un sixième album de haute volée qui marquait leur retour en grande forme après une inspiration quelque peu en berne sur le précédent, "Beyond The Sea". Avec "Autumnal", les madrilains n’ont pas lésinés sur les moyens (la production, les compositions) pour élaborer leur metal hautement calorifique qui fricote avec les univers de l’opéra et de la musique symphonique. Les ambitions musicales du groupe sont importantes et Dark Moor place, d’entrée de jeu, la barre assez haut avec un "Swan Lake" aux envolées lyriques étourdissantes. Pour visualiser, grosso modo, le style du groupe, il suffit d’imaginer Helloween/Gamma Ray qui combinerait les influences d’un Yngwie Malmsteen/Ritchie Blackmore (période Rainbow) le tout saupoudré d’un heavy symphonique et lyrique à la manière de Rhapsody. Avec "On The Hill Of Dreams", on s’oriente plus vers un format radio et les musiciens de confectionner le hit qui pourrait les révéler à un public plus large. "Phantom Queen", lui, s’avère plus convaincant avec ses sonorités celtiques et ses cavalcades épiques. "An End So Cold" œuvre également dans un registre très accessible, très metal FM, avec un refrain qui vous rentre rapidement dans la tête pour ne plus jamais en ressortir. Bien joué. On ne fait pas mieux dans le genre. A côté, avec ses chœurs haut perchés, "Faustus" sonne un poil trop grandiloquent et précieux, même si la qualité mélodique est toujours au rendez-vous. Puis le clavecin de "Don’t Look Back" ouvre la voix à un opéra speedé tandis que "When The Sun Is Gone" s’apparenterait à du DragonForce en un peu moins rapide. Avec "For Her", on se croirait presque dans un générique de John Williams mais ce morceau s’avère vite quelque peu dénué d’intérêt quand "The Enchanted Forest" déboule avec son riff à la Led Zeppelin et son refrain en mille feuilles plutôt bien ficelé. Enfin, "Fallen Leaves Waltz" conclut ce septième opus avec ses orchestrations classiques plutôt ambitieuses et un brin pompeuses. Malgré quelque réserve, cet album ravira les amateurs du genre.

Elvira Santa

Dark Moor, Autumnal (Scarlet Records)
Sortie le 13 février 2009

En mini-tournée française : le 13 mars 2009 à l’Espace culturel d’Eloyes, et le 14 mars 2009 à La brasserie du Mont Blanc, Chambery

www.dark-moor.com
www.myspace.com/theofficialdarkmoor

Dark Moor, On The Hill Of Dreams,Video