8.1.09

Hammerfall, en direct des forges suédoises

Alors que le huitième album du groupe de Göteborg arrive dans les bacs le 20 février prochain, le chanteur, Joachim Cans, revient sur la réalisation de ce nouvel opus. Enregistré dans les studios d’Andy La Rocque (King Diamond) à Varberg, "No Sacrifice, No Victory" marque une nouvelle étape pour le quintette. Explications.

Es-tu satisfait de cet album ?
Joachim Cans : Oui, je le suis et, cette fois-ci, je n’ai pas à me plaindre. Lorsqu’il y a un moment faible dans l’album, tu te dis toujours que tu aurais pu changer quelque chose et faire mieux. Mais, cette fois-ci, tout se tient, c’est un album cohérent.

Pourquoi as-tu le sentiment que c’est un disque complet ?
Peut-être parce que c’est le résultat d’un travail acharné. Ça a été dur pour moi de bosser en tout sérénité cette année. Alors que j’étais impliqué dans le processus d’écriture avec Oscar (guitare), j’ai participé à un show télé suédois durant sept semaines ("Clash of the Choirs", reality-show basé sur des compétitions entre chorales). Cela m’a pris beaucoup d’énergie. C’était en mai de l’année dernière et j’étais si en retard dans l’écriture des paroles que j’ai dû m’isoler, seul (rires), afin de pouvoir me concentrer et trouver des mélodies originales. Puis, avec le groupe, nous sommes passés par une période de doutes. Je crois que chaque artiste ou écrivain doit se sentir vraiment mal pour produire quelque chose d’intéressant.

Il est vrai que l’année 2008 a été chargée en actualité pour Hammerfall puisque, outre la préparation de votre nouvel album, vous avez  sorti une collection de singles en vinyles, un album de reprises, "Masterpieces", et un double DVD, "Rebels With A Cause – Unruly, Unrestrained, Uninhibited"…
En fait, l’album "Masterpieces" aurait dû être enregistré plus tôt. Mais, j’ai eu des problèmes de voix provoqués par des polypes et j’ai dû subir une opération il y a deux ans. Comme je ne pouvais pas chanter les deux nouvelles chansons devant figurer sur "Masterpieces", le disque est finalement sorti cet été. Puis, le DVD était programmé pour arriver en même temps que notre album de reprises, nous avons alors décidé de décaler sa commercialisation. C’était bien d’attendre un petit peu parce que nous n’avions rien d’autre à proposer cette année. En juin, nous avons joué au Canada puis nous avons participé au festival suédois "Rock Kick Off". C’était donc une bonne opportunité pour monter aux gens que nous étions toujours en activité et que nous allions revenir avec du nouveau.

D’une certaine manière, votre nouvel album sonne comme du Hammerfall mais il y a également de nouvelles influences.
Tout d’abord, nous avions le sentiment que notre nouveau guitariste, Pontus Norgen (The Poodles, Talisman et Great King Rat), avait besoin d’un peu d’espace pour se présenter. Ecoute le titre "Something For The Ages" entièrement écrit par Pontus, il sonne vraiment eighties. Sinon, ce disque est un peu plus noir car, comme je te l’ai dit, cela m’a pris beaucoup d’énergie pour concevoir les titres et je crois que la frustration et le combat qu’il a fallu mener pour arriver au résultat final est palpable sur "No Sacrifice, No Victory".

D’où vient ton inspiration pour écrire les paroles ?
C’est difficile à dire. Certaines chansons s’écrivent facilement et d’autres sont plus dures à finaliser. Elles parlent seulement de choses qui me viennent à l’esprit. Dès qu’Oscar a trouvé les riffs, je commence toujours par travailler sur les mélodies puis je m’attaque aux paroles. Souvent, l’inspiration me vient quand j’entends pour la première fois un morceau. Je fonctionne de cette manière.

Est-ce qu’il y a des évènements particuliers qui ont ponctués cet enregistrement ?

Non, rien de spécial, mis à part le fait que j’ai eu la pire grippe de ma vie et que nous avons changé de studio en plein milieu du processus d’enregistrement. Nous avons commencé à travailler dans un superbe studio du sud de la Suède mais l’environnement était si ennuyeux qu’au bout d’un moment, nous avons failli nous entretuer. Nous avons alors décidé de changer de studio pour aller dans celui d’Andy La Rocque. Mis à part cet épisode particulier, nous nous sommes plutôt bien éclatés. Nous avons enregistré les chœurs à Hambourg et à Brighton avec quelques invités prestigieux comme Biff Byford de Saxon, Nicky Moore, le premier chanteur de Samson, et Dave Hill de Demon (ndlr : que des figures légendaires de la New Wave Of British Heavy Metal).

Pourquoi avoir choisi de reprendre le classique de The Knack "My Sharona" ?
Pour surprendre les gens. Nous avons repris pas mal de chansons de metal et nous voulions faire quelque chose de différent. Notre batteur, Anders, est venu en studio avec ce titre et nous l’avons adoré. Nous pensions l’intégrer sur "Masterpieces" mais nous l’avons finalement gardé pour notre nouvel album. Comme ça, les gens auront un sujet de conversation (rires).

Plus sérieusement, il y a beaucoup d’inquiétudes autour du téléchargement illégal, la chute des ventes d’albums, le prix élevé des concerts et des festivals. As-tu une opinion sur la question ?
Bien sur, je pense que ce qui s’est passé au cours de ces dernières années est horrible, tous ces gens qui n’ont plus voulu croire aux droits des auteurs. C’est devenu très irrespectueux, ça me rend malade.  C’est comme si tu allais dans la maison de quelqu’un pour voler quelque chose. Je ne crois pas en la propriété donc ça me donne le droit de voler la voiture de quelqu’un… Mais, nous devons garder en mémoire qu’Internet est encore un média jeune. Tout va très vite et chacun est pris de cours par ce que l’on peut faire avec Internet. Je pense que dans le futur, dans deux, cinq ou dix ans, il y aura du changement. De quelle manière ? Je n’en sais rien mais des choses vont se mettre en place pour prévenir ce genre de situation. Nous investissons beaucoup de notre temps dans l’écriture des morceaux, nous investissons beaucoup d’argent dans l’enregistrement des albums et pour quel résultat ? Pour que des gens téléchargent et ne payent pas ? Ce n’est pas juste.

Aujourd’hui, on assiste également à la combinaison entre musique et jeux vidéo comme avec Guitar Hero. Penses-tu que cette voie représente le futur ou que c’est une impasse ?

Je pense que c’est une des voies les plus prometteuses pour le futur. Quelques groupes sortent déjà leur single par ce biais là. C’est comme la musique et les films. Mais, je viens de le dire, quelque chose va se passer. En même temps, c’est triste de voir qu’ici, en Suède, tu ne trouves plus un seul magasin de CD. Il y a quelques années, avoir mon propre magasin de disques était un de mes plus grands rêves.

Propos recueillis par Martjo Brongers
Extrait de furyrocks.com
Traduction : Laurent Gilot
Photo : Jazmin Million

Hammerfall, "No Sacrifice, No Victory" (Nuclear Blast/Pias)
Sortie le 23 février 2009
Hammerfall "Masterpieces" (Nuclear Blast/Pias)
Sortie en juin 2008

www.hammerfall.net
www.myspace.com/hammerfall

AddThis Social Bookmark Button

Hammerfall :: Any Means Necessary :: Vidéo

[youtube=http://fr.youtube.com/watch?v=o3GoLHGjeZc]