22.1.09

Death Angel, fighting spirit

Alors que le groupe vient d’accueillir son nouveau bassiste, Sammy Diosdado (ex-The Sick), et que les cinq membres s’apprêtent à tourner en Australie en mars 2009, Mark Osegueda (Chant)  et Rob Cavestany (Lead guitar) reviennent sur le passé de Death Angel et le revival thrash qui secoue, à nouveau, la planète métallique depuis quelques mois.

Quel effet cela fait-il d’avoir été jeunes à une période musicale vraiment excitante, celle de la vague thrash metal à la fin des années 80 ?
Mark Osegueda : C’était vraiment magique et le fait de nous trouver au centre de ce phénomène dans la Bay Area était totalement incroyable. Lorsque nous donnions des concerts, on voyait que la foule était de plus en plus nombreuse et excitée. Et puis, lorsque tu voyais des membres de Metallica ou de Legacy (futur Testament) dans le public, cela te motivait pour jouer encore mieux et encore plus vite qu’eux. Il y avait une sorte de challenge entre les différentes formations du moment.
Rob Cavestany : En fait, nous étions très jeunes mais nous ne voulions pas être jeunes, nous voulions être plus vieux (rires).
M.O. : C’est un vrai bonheur que d’être encore là aujourd’hui, 20 ans plus tard, et nous nous sentons encore souples pour nos âges !

Que pensez-vous de la résurgence de ce style musical à l’heure actuelle ?
M.O. : C’est génial ! La nouvelle génération qui joue cette musique nous rappelle nos débuts.
R.C. : À la fin des années 80, nous étions aux premières loges et nous participions au mouvement en collectionnant des cassettes, car il y avait encore des cassettes (rires), des disques… Nous nous éclations vraiment. Mais, nous n’avions pas conscience de ce qui était en train d’arriver car nous baignions de cet univers sans nous soucier du lendemain.
M.O. : Death Angel était vraiment très underground. Avant d’être signé par un label, nous avions juste réalisé une démo puis nous avons joué avec Slayer au Ritz, à New York, sans avoir sorti aucun disque. Quand notre premier album est arrivé, tout est allé si vite. Snif, c’était trop bien (rires). Une fois le groupe signé, tu avais la fierté de sortir un disque vinyle. Nous avions alors un grand sentiment d’accomplissement en ayant cet objet entre les mains.
R.C. : Aujourd’hui, nous avons le sentiment d’avoir une meilleure maîtrise des choses et nous sommes plus excités que jamais. Nous avons encore des choses à nous prouver et à réaliser. Quand nous nous réunissons pour jouer, c’est vraiment ce dont nous avons envie au plus profond de nous-mêmes.

Propos recueillis par Dave Ling (Metal Hammer)
Traduction : Laurent Gilot
Photo : DR

Death Angel, Killing Season (Nuclear Blast)
Sortie le 29 février 2009

www.deathangel.com
www.myspace.com/deathangel

Death Angel, Dethroned,Vidéo