21.11.08

Guns N' Roses, Chinese Democracy (Geffen)

Le nouvel album, "Chinese Democracy", arrive (enfin !) dans les bacs après une très longue attente. Le chanteur Axl Rose est le seul survivant de la formation originelle et il lui a fallu pas moins de 17 années pour livrer sa nouvelle pièce (maîtresse ?). Bon, il faut reconnaître que dans ce domaine, le record appartient à Brian Wilson (ex-Beach Boys) qui a mis 37 ans à sortir "SMiLE". A l’heure où l’on écrit ces lignes, l'écoute en streaming de l’album sur la page myspace du groupe compte plus de 44 millions de lectures ! C’est dire le buzz… Quoiqu’il en soit, après écoute, il faut reconnaître que cet opus est quelque peu déceptif, ce qui est (presque) normal après une telle attente. Le titre d’ouverture, "Chinese Democracy", est du Guns pur jus, énergique où la voix d’Axl excelle et n’accuse pas le poids des années. Elle est restée telle qu’on l’avait laissée sur "Use Your Illusion II" en 1991. Sur "Shackler’s Revenge", quelques sonorités indus font leur apparition, c’est une première dans le registre du groupe qui souhaite composer avec son temps.  Le refrain est catchy et la production léchée. Sur "Better", Axl baisse un peu la garde, flirte avec la pop, propose un chorus bien foutu et un petit break à la Led Zep où les guitaristes Ron "Bumblefoot" Thal et Robin Finck arrivent à nous faire oublier Slash (même si on le regrette quand même, au même tire que Stradlin). Suite à "Street Of Dreams" qui ne vaut pas "November Rain", "If The World" qui ambitionne une rotation massive sur les radios et le très moyen "There Was A Time", on s’attardera sur "Catcher In The Rye", une ballade mid-tempo qui devrait faire chanter les stades en chœur. Puis, "Riad N’ Bedouins" évoque, par moments "Welcome To The Jungle", donc de bons moments, même si nous ne sommes pas au niveau d’"Appetite For Destruction". Vers la fin, les chansons sont moins captivantes, parfois insipides ("This I Love"), même si Axl essaye de se réinventer et d’explorer de nouvelles pistes sonores et vocales… A trop vouloir peaufiner ce "Chinese Democracy" (20 millions de dollars dépensés), Guns N' Roses s’est un peu perdu et offre, in fine, un album correct mais pas tout à fait digne de l’énorme attente qu’il a suscitée.

Laurent Gilot

Guns N' Roses "Chinese Democracy" (Geffen)
Sortie le 23 novembre 2008

www.gnrfrance.net
www.myspace.com/gunsnroses

Le teaser de "Chinese Democracy"