29.1.89

Dark Angel, Leave Scars : nouvelle hostie noire

L’ange noir est de retour avec des intentions on ne peut plus meurtrières. Le dernier né de sa saga endiablée, "Leave Scars", se révèle être le meilleur album du combo à ce jour. Mais, sa réalisation na pas été une simple promenade de santé. En effet, à l’origine, la maison de disques américaine de Dark Angel refuse d’imprimer les paroles du groupe sur la pochette intérieure du disque sous prétexte qu’elles sont trop explicites. Les californiens, quant à eux, tiennent coûte que coûte à voir leurs paroles retranscris noir sur blanc. En fin de compte, la maison de disques cède à cette requête du bout des lèvres. Gene Hoglan, batteur et parolier de la formation, nous en dit plus sur ces textes sulfureux qui ont mis du temps à trouver un chanteur digne de ce nom : "La première chanson de ce disque, "The Death Of Innocence", traite du thème de la pédophilie. Elle parle de cet acte abominable encore peu connu aux Etats-Unis. Les gens pensent que les auteurs de ces crimes doivent être éliminés mais les pédophiles sont, avant tout, des êtres humains. Je voulais écrire ce texte à la première personne. Bien entendu, je ne suis pas pédophile mais j’ai essayé de me mettre dans la peau d’une personne de ce genre, à la manière d’un écrivain qui cherche à s’identifier à ses personnages de roman pour mieux les décrire. J’essaye de comprendre comment on devient pédophile un jour." Et Gene de continuer à nous énumérer, par le menu, les titres emblématiques du nouveau Dark Angel : "Un morceau comme "Never To Rise Again" a été écrit par Jim Durkin et Ron Rinehart. Ce titre parle des personnes qui vénèrent des icônes. Beaucoup de gens n’ont pas vraiment de but dans la vie, ils vénèrent des icônes factices au lieu de concentrer leurs forces vers des actions plus positives. "No One Answers" évoque un cauchemar qu’une fille que je connais a fait. Elle a rêvé de moi métamorphosé en une créature maléfique. Elle avait beau crier, personne ne lui répondait. Je me suis inspiré de ce sujet en prenant quelques libertés. "Cauterization" est un instrumental très long au tempo lent. J’ai réalisé toutes les parties de guitares et de batterie. Jim a juste posé un solo de violoncelle sur ce titre. "Immigrant Song" est une reprise du classique de Led Zeppelin alors que "Other Than Time Itself" est une chanson un peu sexiste sur les femmes. "The Promise Of Agony" parle de quelqu’un qui ne veut pas vieillir. À l’écoute, c’est une sorte de dialogue entre l’auditeur et la personne en question. Il y a comme un clin d’œil au groupe Candlemass. C’est incontestablement une des chansons les plus longues que j’ai jamais écrites. Enfin, "Leave Scars" conclut cet album et s’avère être une célébration de la vie parfaitement incarnée par Ron, le chanteur que nous recherchions depuis longtemps. Ce morceau est une sorte de catharsis car il offre un contraste avec le précédent, "The Promise Of Agony". C’est comme un papillon qui sort de sa chrysalide pour célébrer la vie !" Face aux différents thèmes abordés tout au long de "Leave Scars", Gene précise : "Nous composons une musique énergique, nous écrivons à propos de thèmes assez noirs et ce disque reflète bien l’état d’esprit de Dark Angel. Lorsque j’arrive à la fin du processus d’écriture d’un album, j’ai le sentiment d’avoir accompli quelque chose que me procure une certaine satisfaction. C’est une manière de se "laver" le cerveau." Il faut bien reconnaître que l’univers musical dans lequel évolue Dark Angel n’offre pas toujours l’opportunité d’écrire des textes qui sortent des sentiers battus : "Je prends le fait d’écrire très au sérieux. Dans nos paroles, il n’y a pas de sujets sur le satanisme comme c’est le cas pour beaucoup de formations qui jouent une musique semblable à la nôtre. Ecrire me prend beaucoup de temps et d’énergie. Par exemple, "The Death Of Innocence" a nécessité un an de conception avant que je sois complètement satisfait des paroles. Je n’élimine rien, je prends le temps d’écrire chaque ligne. Ensuite, il faut que les gens aient le temps de digérer ces paroles, de voir quels sont les éléments qu’ils peuvent en tirer pour leur quotidien afin de réfléchir d’une manière positive." La chose n’est pas commune mais c’est Gene Hoglan, le batteur, qui tient une place importante au niveau musical dans la formation. En tout cas, cette spécificité fait de Dark Angel un groupe à part qui mérite que l’on s’attarde sur son parcours.

Dead Zone

Dark Angel, Leave Scars (Roadrunner)
Sortie le 24 janvier 1989

www.myspace.com/darkfuckinangel


Dark Angel, Leave Scars, Part 1, Vidéo Live à l’Hammersmith Odeon (Londres)